Une visite des manufactures - Randy Dominguez

Mon blogue

Une visite des manufactures

Une visite des manufactures - Randy Dominguez

Je suis un des employés d’une compagnie de fabrication de vêtements. Je travaille au Canada, la compagnie est bien canadienne, mais absolument tout est fabriqué en Inde et en Chine. Mais, après avoir entendu maintes fois, ce qui se passe dans ces pays, quant à la façon dont les manufactures où travaillent les couturières (bon, il y a peut-être quelques couturiers, mais sûrement très peu) sont dangereuses, je décide de tenter de faire quelque chose pour eux, en espérant que ça fonctionne. On verra bien si je réussis !

Ce que je voudrais faire, c’est encourager la visite d’un inspecteur pour faire une analyse qualité de l air, en plus du niveau de toxicité des déchets. Ensuite, j’aimerais que quelqu’un vérifie si les employés sont tous payés un salaire équitable, c’est-à-dire, un montant d’argent qui est suffisant pour subvenir à ses besoins, et maintenir une famille, si cet employé en a une. De cette manière, nous réduirons de loin les injustices sociales et environnementales qui sont chose courante dans ces pays.

Ce type de problème qui se produit à travers le monde me tient à cœur. J’espère un jour pouvoir prêter ma voix à ceux qui ne sont pas écoutés par les grandes corporations. Ils se font souvent abuser et maltraiter dans leurs emplois, et deviennent parfois même les esclaves de leur patron. C’est incroyable quel genre de traitement ils reçoivent. Il faut vraiment que ça change.

Il y a déjà des organismes à but non-lucratif et des organismes non-gouvernementaux qui luttent pour leur donner la justice qu’ils méritent. Après tout, la charte des droits des Nations Unies dicte que l’esclavage est illégal et que tous les humains naissent libres et égaux. Par contre, ces injustices ne sont pas punies dans certains pays, et c’est à nous, les chanceux des pays industrialisés, de faire les bons choix et de prendre les bonnes décisions pour tendre la main à ceux qui en ont besoin. Nous devons agir avant qu’il ne soit trop tard et que cette tendance devienne la norme. Elle est déjà trop courante à mon goût, mais on peut faire quelque chose.

En attendant la réponse à ma demande, je vais quand même en parler un peu. C’est sûr que je ne dois pas écœurer le peuple avec mes histoires, mais je crois fermement qu’en parler est tout de même une bonne idée. Il y a probablement des gens qui ne savent pas que ce type d’injustice se produit.

Plus on est qui le savent, mieux ce sera pour ces gens.